Mortimer

Informations
  • Titre VOMort
  • Sortie VO01/05/1987
  • Sortie VF01/11/1994
Résumé

Morty traverse les champs en courant ; il mouline des bras et s'égosille comme un beau diable. Non. Même ça, même effrayer les oiseaux pillards, il n'est pas fichu de s'en tirer proprement.
Son père, au désespoir, l'observe depuis le muret de pierres.

« Il manque pas de coeur, fait-il à l'oncle Hamesh.
- Ah, dame, c'est le reste qu'il a pas. »

Et pourtant un destin hors du commun attend Mortimer. Car à la foire à l'embauche, LA MORT l'emporte sur son cheval Bigadin.
Il faut dire que LA MORT a décidé de faire la vie ; et l'assistance d'un commis dans son labeur quotidien lui permettrait des loisirs. Mais... Est-ce bien raisonnable ?

Avec, comme toujours, un scénario qui décoiffe, une distribution prestigieuse et, peut-être, peut-être, une exceptionnelle apparition de l'illustre Rincevent.

Liens & documents
Éditeurs
  • L'Atalante
    • Date de Parution16/02/1994
    • Nombre de Pages304
    • Traduction dePatrick Couton
    • Illustration deJosh Kirby
    • Codes ISBN : 2-905158-90-5
  • Pocket
    • Date de Parution08/10/1998
    • Nombre de Pages256
    • Prix5.8 €
    • Traduction dePatrick Couton
    • Illustration deJosh Kirby
    • Dimensions108x177
    • Codes ISBN : 2-266-08068-7
      CLIL : 231502
Points de vue
  • BaronBreton le 04/01/2007 - 9.5/10

    Tout le monde a droit à un repos de repos dans la vie. Mais et pour la Mort ? Et bien il en est de même pour ce personnage si humain, qui décide de prendre un apprenti comme cela se fait dans tout métier. Un gosse à qui apprendre le travail à donner les combines et qui sait, peut-être un jour rependre la tradition familiale. Et ce gamin s'appelle Mortimer, Morty pour les intimes.

    Sur ce sujet simple, Terry PRATCHETT nous offre l'un de ses plus beaux Annales du Disque-monde. Car Mortimer est et reste l'un des meilleurs Disque-monde. Car si la Mort tente d'imiter les humains, il n'en reste pas moins la Mort (l'ultime vérité, le faucheur, le dévoreur de vie, etc.) et sa vision des choses n'a pas toujours grand-chose à voir avec celle de Morty qui représente une certaines jeunesse innocente mais aussi pleine de fougue, et qui n'arrive finalement pas à se résoudre à accomplir ce métier comme le fait son patron. De cette opposition des espèces et des mentalités va finalement naitre l'histoire, une histoire où se mêleront les émotions et l'humour, ainsi que des réflexions sur la nécessité de la Mort et la grande solitude que ressent se personnage, qui est souvent bien plus humain que les humain eux-mêmes.
    Mortimer nous fait voyager sur le Disque à dos de Bigadin, le cheval de la Mort et certainement l'un des plus beaux du Disque, avant de (comme à son habitude) rencontrer un élément perturbateur.

    Avec Mortimer, PRATCHETT met donc en avant l'un personnage quasi toujours présent : La Mort. Mais il nous présente aussi Bigadin son cheval et Albert son serviteur humain qui vit dans son domaine, mais aussi des second rôles tel le heurtoir de porte. Chaque scènes, chaque lieux, chaque personnages est à l'image du livre : drôle et attachant. On découvre également la façon dont fonctionne la Mort sur le Disque ainsi que l'Histoire et les files du Destin qui tente de rattraper l'erreur de Morty et se font alors coïncider deux réalité.

    Il est finalement dur de faire une critique objective et non révélatrice sur le scénario pour Mortimer tellement ce Disque-monde est quasi parfait et des moments mémorables comme la Mort qui se souvient comment l'on devient ivre, ou les dialogues du heurtoir et bien sur la scène de fin, véritable leçon de la Vie. Seul reproche : les caractères de Morty et Ysabell (la fille de la Mort, oui oui) qui de part leur âges s'amusent à jouer les sales gosses dans deux catégories toutefois bien différente, ainsi que celui de la princesse Kéli.

    Je n'en dirai pas plus si ce n'est que si vous n'avez qu'un seul livre du Disque-monde à lire, il s'agit bien de celui là. Vous ne verrez plus jamais la Mort de la même façon.

  • des lecteurs externes - 7/10