Le Huitième Sortilège

Informations
  • Titre VOThe Light Fantastic
  • Sortie VO01/05/1986
  • Sortie VF01/09/1993
Résumé

« Vous auriez de très jolis pieds si vous en preniez soin, dit la vierge Bethan.

- Ch'est bien aimable à toi, répondit Cohen le Barbare. Mais des pédicures j'en rencontre pas chouvent dans ma profechion. »

Octogénaire, borgne, chauve, édenté, Cohen, le plus grand héros de tous les temps réussira-t-il à tirer Deuxfleurs et Rincevent des griffes de leurs poursuivants ? Car une étoile rouge menace de percuter le Disque-monde, dont la survie repose sur le sorcier calamiteux : dans son esprit brumeux se tapit le Huitième Sortilège...
Avec une distribution prestigieuse dans les seconds rôles : le Bagage, l'In-Octavo, Herrena la Harpie, Kwartz le troll, Trymon l'enchanteur maléfique et, naturellement LA Mort.

Une aventure fantastique sans précédent. Ou peut-être une gigantesque fumisterie, plus encore que La Huitième Couleur.

Liens & documents
Éditeurs
  • L'Atalante
    • Date de Parution01/02/1993
    • Nombre de Pages272
    • Traduction dePatrick Couton
    • Illustration deJosh Kirby
    • Codes ISBN : 2-905158-75-1
  • Pocket
    • Date de Parution02/10/1997
    • Nombre de Pages256
    • Prix6.3€
    • Traduction dePatrick Couton
    • Illustration deJosh Kirby
    • Dimensions108x177
    • Codes ISBN : 2-266-07155-6
      CLIL : 231502
Points de vue
  • BaronBreton le 02/01/2007 - 8/10

    Voici donc la suite directe du premier tome du Disque-monde. Logique me diriez vous, mais quand on sait que d'un Disque à l'autre on ne retrouve pas toujours les mêmes personnages, il fallait le signaler.

    Nous retrouvons donc le mage Rincevent, le touriste Deuxfleurs et le clopinant Bagage alors qu'ils quittent le Disque-monde (ou pas). Mais un tel livre ne pouvait finir ou plutôt commencer ainsi, et ce moment qui annonce le pire va servir l'histoire. Car là où le premier tome n'était finalement qu'un grand voyage sur le Disque (et donc en dehors), ce second tome offre une intrigue qui met en jeu l'avenir même du Disque-monde et de sa magie.

    PRATCHETT ne sait donc pas uniquement écrire des gags, il sait également nous offrir un scénario construit et qui subit nombre de rebondissement, le tout servit par de nouveaux personnages qui deviendront mythique dans l'univers du Disque comme Cohen le barbare (une espèce de Conan le Barbare de quatre-vingts ans) ou le Bibliothécaire de L'Université de l'Invisible dont le « Oook » signifie nombre de choses. L'univers aussi s'étoffe et les personnages se posent de façons plus définitives, avec surtout la Mort qui devient quasi comique, grâce à une magnifique partie de carte avec ses trois collègues cavaliers sous l'initiative de Deuxfleurs. Je n'en dirai non plus pas trop sur certains passages inoubliables comme celui de Rincevent et les oignons, Grand Pépé ou l'InOctavo mais PRATCHETT maitrise bien mieux son univers.

    Le style aussi évolue. Finit le découpage du livre en chapitre et bonjour les passages aux longueurs plus qu'inégales. Ce qui est d'ailleurs le propre des futur Disque-monde, style qui justement rebute parfois les lecteurs. On peut ainsi passer plusieurs pages dans un lieu, avec un personnage, puis quelques lignes ailleurs, sans d'y revenir une page plus loin.

    Concluant de façon magnifique cette première histoire du Disque-monde, Le Huitième Sortilège est véritablement le premier Disque finit. Il annonce encore plus ce que seront les prochains : fou, unique, mais aussi parfaitement construit, le tout servit par une équipe des effets spéciaux déchainées !

  • des lecteurs externes le 01/01/2011 - 7/10