Terry Pratchett

Interview de Terry Pratchett par Emily S. Whitten

Nation et le monde réel


(Attention, ce qui suit contient des spoilers pour Nation)

Terry : Mon hobby, ce sont les anecdotes de la Régence et de l'époque victorienne ; je pense que c'est parce qu'une grande partie de notre monde moderne a été créée en ce temps-là. Il y a sans doute beaucoup de choses... En tout cas, dans Nation par exemple, j'ai mis plein de choses qui existent vraiment. Par exemple, l'idée d'une boisson dans laquelle il faut vraiment cracher avant de la laisser fermenter pendant une durée précise, pour que les enzymes de la salive humaine fassent leur effet sur les poisons contenus dans le bol et les neutralisent. De sorte qu'on peut ensuite les boire pour leur effet, en général, légèrement hallucinogène. J'en ai fait de la bière.
Pour fabriquer la bière, on mélange les ingrédients dans la grande jarre, puis on crache dedans, puis on chante la Chanson de la Bière, une incantation tribale. Daphné est intéressée par la chanson, et son mentor la lui apprend ; et elle compte sans arrêt sur ses doigts en chantant. Alors Daphné fait des expériences, parce que c'est une enfant très scientifique, pour comprendre comment ça marche ; est-ce que c'est le timbre de la voix quand on chante ? Est-ce qu'il y a quelque chose dans les paroles qui fait cet effet ? Elle essaie tout ça, elle expérimente avec d'autres chansons. Il lui faut un moment pour comprendre que la chanson est une façon de compter ; et elle se rend compte que Baa Baa Black Sheep [ndt : comptine anglaise] chanté trois fois suffit pour permettre à la bière de fermenter et de devenir inoffensive.
C'est un processus qui a vraiment lieu dans un certain nombre de cas. En fait, il y a un bon nombre d'aliments, disons pour périodes difficiles, qu'il faut traiter de cette façon. Je crois qu'il y a un genre particulier de racine de nénuphar, par exemple, qui fonctionne un peu comme ça. C'est ce genre de choses... des éléments du monde réel que j'ai adaptés, mais je suis sûr que beaucoup d'auteurs font ça. Tenez, prenez les animaux dans Nation, comme le calamar arboricole...

Emily : ... Il existe vraiment un calamar arboricole ?

Terry : Non, mais il devrait, pas vrai ? Il existe un crabe arboricole, je ne sais pas pourquoi on l'appelle comme ça, et je me suis dit qu'il devrait être possible pour les calamars de sortir de l'eau. En fait, c'est plutôt une pieuvre, d'ailleurs, mais c'est quasiment la même chose... Et il y a la vigne-papier. Vous savez, la vigne-papier doit exister quelque part. Parce que j'aime vraiment toutes les... en gros, ce que vous avez, c'est du ruban adhésif. Du ruban adhésif naturel.

Emily : Vous voulez continuer à parler de Nation ?

Terry : Ç'a été beaucoup de travail. Les quelques premiers chapitres sont vraiment éprouvants. Je veux dire, je n'y vais pas avec le dos de la cuillère. Vous savez, il y a un immense tsunami... les pêcheurs, la majorité des habitants des îles du Pacifique, sont des gens qui vivent à très faible altitude, près de la mer, parce que c'est là qu'ils ont besoin de se trouver, avec peut-être quelques arbres entre la mer et eux, et donc, ce qui se produit à ce moment-là... vous pouvez complètement anéantir une petite île dont les habitants ne sont pas préparés, et ça, je ne peux pas le cacher, je ne peux pas l'édulcorer : beaucoup de gens vont mourir, et ils vont mourir parce quand vous êtes pris dans une vague, même relativement modeste, qui charrie des rochers, du corail et toutes sortes de choses... c'est un genre de hachoir à viande ; ça ne va pas être joli du tout.
Ce n'est pas qu'une énorme masse d'eau ; ça va à une très grande vitesse. Nous avons un ruisseau, dans notre jardin, qui déborde de temps en temps ; et quand je dois sortir par très mauvais temps et qu'il est en crue, je m'encorde pour de bon : j'attache des cordes aux arbres et je traverse plus ou moins en rappel d'un point à l'autre, parce que même s'il n'y a qu'un mètre d'eau environ, je sais que si je perds l'équilibre dans le courant rapide, tout de suite , je suis désorienté, j'ai perdu mes lunettes, j'ai les bottes pleines d'eau, je me fais ballotter dans tous les sens. Et c'est pourquoi un tsunami, ce n'est pas que de l'eau. C'est de l'eau qui soulève les gens, qui les cogne contre... des voitures, toutes sortes de choses. C'est horrible.

par Terry Pratchett et Emily S. Whitten