Terry Pratchett

Interview de Terry Pratchett par Emily S. Whitten

Vimaire, Vétérini, Mémé, Carotte

Emily : Oui. Pour parler d'autres personnages du Disque-Monde, j'aime beaucoup Vimaire, et la dynamique entre Vétérini et lui me fascine ; il y a un passage où il est en train de faire tourner Vimaire en bourrique, plus ou moins...

Terry : Oh oui, il n'arrête pas de le faire tourner en bourrique.

Emily : Oui ! Et dans Le Guet des Orfèvres, il y a ce passage où Vimaire donne un coup de poing dans le mur, et Vétérini l'entend de l'autre côté et se demande : « Est-ce que je suis allé trop loin ? » Et... la plupart du temps, vous donnez l'impression que Vétérini sait toujours tout ce qui se passe, et que même s'il ne sait pas toujours exactement ce que Vimaire va faire, il voit l'essentiel du tableau.

Terry : Ouaip.

Emily : Donc, je voulais vous demander à quel point ils dépendent l'un de l'autre, en fait, et si vous pouviez juste me parler de cette relation.

Terry : Le surnom de Vimaire, c'est « le terrier de Vétérini ». L'idée, c'est que Vimaire n'aime pas Vétérini, parce que c'est un assassin, qu'il n'est pas franc, et que Vimaire n'aime pas les gens pas francs. Vimaire n'est pas... du moins au début, parce qu'il devient beaucoup plus subtil, il évolue énormément... mais c'est un flic, avec un esprit de flic, et tout l'intérêt de la chose, c'est que pour ainsi dire, il grandit, jusqu'à devenir de plus en plus une espèce d'ambassadeur errant.

Le paragraphe suivant contient un léger spoiler pour Nation !

J'aime beaucoup le fait que Vétérini l'ait fait duc, ce qui le met automatiquement au-dessus de tous ses ennemis à lui. C'est un thème que j'ai aussi traité dans Nation, où le roi se tourne vers sa belle-mère et exige qu'elle lui obéisse, parce qu'il est le roi, qu'elle est une dame de haute naissance, et que l'étiquette qui oblige les gens à l'appeler « madame » et « milady » est partie intégrante du système dont il est, lui, le sommet ; donc, si elle veut rester respectée par les autres, elle doit le respecter, lui. Et vu ce que certains rois d'Angleterre ont fait à leur famille, je dirais qu'elle s'en sort plutôt bien !

Donc, Vétérini donne tout ce pouvoir à Vimaire, beaucoup plus de pouvoir qu'il n'en a besoin... et je pense qu'il lui fait confiance pour se comporter en Vimaire. C'est-à-dire que si on lui interdit de faire quelque chose, automatiquement, il va le faire. J'aime bien le fait que Vimaire soit, de fait, devenu un personnage très puissant dans la série, beaucoup plus puissant qu'il ne le croit, d'ailleurs. Et pourtant, il ne pourrait jamais diriger Ankh-Morpork.

Emily : Parce qu'il ne voit pas l'ensemble du tableau, comme Vétérini ?

Terry : Oui, et aussi parce que, comme beaucoup de gens, il a peur de ce qu'il pourrait faire s'il n'y avait personne au-dessus de lui. Il a besoin d'une espèce de soupape de sécurité – et c'est ce qu'est Vétérini, en fait.

Emily : D'accord. Un autre de mes personnages préférés, c'est Mémé ; et je vois beaucoup de points communs entre sa façon de penser et celle de Vimaire...

Terry : Tous les deux croient être de mauvaises personnes, et ils passent leur temps à se défendre contre eux-mêmes. Mémé pense qu'elle est une méchante sorcière par nature, et elle se bat contre ce qu'elle croit être le centre de sa personnalité, sans se rendre compte sans doute qu'elle est en fait la somme de tout cela, si ses actions sont bonnes.

Il y a eu un incident comme ça, il y a quelques années, au Moyen Orient, dans la prison d'Abu Ghraïb ; on y humiliait les prisonniers, et un caporal, une pauvre fille pas très maligne de quelque part au Texas, était mêlée à cette affaire, il y avait des photos horribles et tout, et une sorte de vox populi s'était exprimée : des journalistes s'étaient rendus dans sa ville natale de, je ne sais pas, Trou Perdu, Texas, et quelqu'un de là-bas a dit pendant le reportage : « Ils essaient de nous faire passer pour les méchants ».

Je me suis dit : « Voilà quelqu'un qui n'a pas tout compris – quand on fait quelque chose de mal, on est le méchant. On fait quelque chose de bien, on est le gentil. » Bon, il y a des subtilités, mais grosso modo, c'est ça. Donc Mémé Ciredutemps fait des choses bien, dans l'idée que cela fait d'elle la gentille. C'est peut-être vrai, et peut-être pas, mais comme on dit, ça suffit pour ce que c'est.

Emily : Oui. Et que pensez-vous qu'il se passerait si Vimaire rencontrait Mémé ?

Terry : Les gens posent toujours ce genre de question. Je ne vois pas dans quel genre de circonstances ils pourraient se rencontrer en position d'adversaires. Je ne vois vraiment pas. Bon, c'est vrai, les gens m'envoient des questions comme « qu'est-ce qui se passerait si Mémé rencontrait le Patricien ? » Je suis à peu près sûre que le Patricien l'emporterait, tout simplement parce que, même si elle est douée, Vétérini s'est exercé sur beaucoup plus d'adversaires. Il doit négocier la politique de toute une cité. Mémé est essentiellement entourée de gens qui ne sont pas aussi intelligents qu'elle, tandis que Vétérini, même s'il est incroyablement brillant, est dans une cité pleine de rivaux potentiels.
D'un autre côté, Vétérini a un faible pour les dames. Mais d'une certaine façon, Mémé ne serait pas à sa place là-dedans, pas comme ça.

Emily : Puis-je vous demander auquel des personnages vous vous identifiez le plus ?

Terry : Vimaire, probablement.

Emily : Pouvez-vous expliquer pourquoi ?

Terry : J'ai toute cette colère et cette rage contre la stupidité du monde, tout comme Vimaire.

Ce que j'aime avec Vétérini, c'est qu'il a les oubliettes et tout le bazar, mais je crois qu'il s'en sort plutôt bien sans avoir besoin de s'en servir. Ce que fait Vétérini, et qu'il fait divinement bien, c'est torturer les gens, pour ainsi dire... il devine leurs forces et leurs faiblesses, et il en joue, si bien qu'il peut les faire agir à l'encontre de leur nature, ou plutôt, changer leur nature pour qu'elle s'accorde à ce qu'il veut faire d'eux. Non seulement Vétérini vous attache sur le chevalet, mais il vous fait fabriquer votre propre chevalet dans votre tête. Il joue avec l'esprit des gens.

En tout cas, il le fait avec Vimaire. Je ne sais pas vraiment quelle relation il a avec Carotte ; je pense qu'ils ont une sorte d'entente dont Vimaire est exclu. Je me suis vraiment demandé ce qui se passerait en cas de deuxième guerre civile à Ankh-Morpork, et ce serait très intéressant de voir où cela mènerait, mais je n'ai pas vraiment l'intention de le faire arriver.

Emily : J'aime autant ça. Trop de personnages que j'aime risqueraient de mourir.

Terry : Eh bien... qui sait ?

Emily : On ne sait jamais, avec vous.

Terry : D'ailleurs, on pourrait beaucoup s'amuser à se poser des questions comme « qui se retrouverait de quel côté ? » Vous savez – pensez seulement au Guet municipal actuel, on pourrait se demander comment il se diviserait.

Emily : C'est vrai. Et si on pense à qui gagnerait si c'était Carotte contre Vimaire, vous savez, si Carotte décidait qu'il voulait essayer « le style royal »... Je veux dire, évidemment, vous avez tout réglé pour que ça n'arrive pas, parce que Carotte suit Vimaire, même s'il n'y est pas obligé...

Terry : Eh bien, Carotte suit Vimaire, mais aussi - beaucoup de gens l'ont remarqué, et j'en suis ravi - Carotte sait ce qu'il fait ; et même Vimaire, je pense, s'est parfois demandé ce que Carotte pensait vraiment de tout ça, en fin de compte. Et la façon dont Carotte traite Angua, à la base – on pourrait presque trouver ça complètement méprisable. D'un autre côté, elle n'agit pas comme si... mais lui, il suppose simplement qu'elle sera toujours là, et quand elle n'y est pas, il se précipite pour la récupérer. Il n'a pas vraiment bien assimilé le truc de la relation amoureuse garçon-fille, je pense.

Emily : C'est vrai... mais c'est mignon !

Terry : C'est mignon, oui, et il va sans aucun doute falloir qu'ils se marient un de ces jours.

Emily : Pour qu'ils puissent avoir des petits louveteaux !

par Terry Pratchett et Emily S. Whitten