Terry Pratchett

Interview de Terry Pratchett par Emily S. Whitten

Auteur de best-sellers, une drôle de vie

Emily : Oui. En parlant du Disque-Monde, il y a quelque chose qui m'intrigue vraiment : je recommande vos livres tout le temps, et beaucoup de mes amis en lisent un et l'aiment bien ; mais d'autres en lisent un, puis le suivant, puis le suivant, et ils disent « Il m'en faut plus ! » Avez-vous une idée de pourquoi vos fans sont si... vous savez, qu'est-ce qu'il y a en nous qui nous fait faire ça ?

Terry : De toute évidence, votre remarquable intelligence.

Emily : Ça doit être ça.

Terry : Oh, et aussi la découverte que lire Terry Pratchett améliore énormément votre vie sexuelle. Il y a un effet – ça active certaines zones de l'hypothalamus, je crois.

Tout ceci est vraiment très curieux. C'est un fait que je suis le romancier hors jeunesse qui vend le plus au Royaume-Uni. C'est clairement vrai, parce que les gens font le calcul... ils ont fait le calcul. Et une des raisons, bien sûr, qui s'applique à tout le monde et pas seulement à moi, c'est que l'on compte les ventes des livres plus anciens, et les miens se vendent extrêmement bien. Les nouvelles sorties ne font qu'ajouter encore plus de ventes, et ça continue comme ça. Mais vous ne le sauriez pas si je ne vous l'avais pas dit. En général, on ne le voit nulle part, à part dans les revues spécialisées. C'est une existence assez étrange, où je suis et ne suis pas un auteur célèbre. De manière clignotante, si je puis dire. D'une part parce que je suis à la fois dans un genre et hors du genre, un peu comme ce personnage dans Nation qui part combattre dans la Guerre des Deux Roses [ndt : guerre civile dans l'Angleterre du XVe siècle ; un camp avait pour symbole une rose blanche et l'autre une rose rouge] en portant une rose rose et doit donc se battre contre les deux camps. Donc, c'est une drôle d'existence, ce qui me va assez bien, en fait.

Mais un type qui m'interviewait l'autre jour m'a dit : « Si vous avez vendu tellement de livres, pourquoi est-ce que personne n'a entendu parler de vous ? » J'ai répondu : « Attendez. Vous ne pensez pas que les gens qui achètent mes livres ont entendu parler de moi ? Vous savez, les éditeurs font des efforts considérables pour mettre le nom de l'auteur sur la couverture, donc les lecteurs doivent savoir... » J'ai dit : « Je crois que je vois ce que vous voulez dire, mais je pense que vous aurez énormément de mal à énoncer clairement ce que vous croyez m'avoir demandé. »

A mon avis, la célébrité entre en jeu dans la visibilité des livres de nos jours. Les éditeurs (et je dis ça alors qu'un représentant du mien est assis juste à côté de moi) ont tendance à considérer que si un auteur est là depuis longtemps et qu'il vend beaucoup, s'il se contente de continuer à être là et à beaucoup vendre, alors il n'est plus très intéressant. Parce que si ce type sort un nouveau livre, même les critiques se disent : « Quoi qu'on en dise, de toute façon, ça va être un best-seller » ; et vous, vous êtes toujours là, vous avez toujours été là, et... « En voilà un autre, et si vous avez aimé les autres, vous aimerez celui-là ! » C'est comme ça.

Le problème, je ne m'en suis rendu compte que très récemment, c'est que la lecture, c'est une activité d'intello. Vous pensez, passer son temps à tourner des morceaux de bouillie d'arbre... ça fait un peu intello. Ce n'est pas le genre des dames à lifting. Beaucoup de gens lisent, mais ce n'est pas vraiment une activité populaire. Et donc, il peut tout à fait arriver qu'un journaliste dise « Vous vendez tous ces livres et pourtant, personne n'a jamais entendu parler de vous ! » Apparemment, les gens qui lisent des livres n'ont pas d'opinion qui compte, parce qu'ils ne sont pas à la télé et qu'ils ne jouent pas au foot.

par Terry Pratchett et Emily S. Whitten