Terry Pratchett

Interview de Terry Pratchett par Emily S. Whitten

L'actualité du disque (à la rentrée 2008, toujours)

Emily : Bon, maintenant, je voudrais revenir quelques minutes au sujet du 25e anniversaire : qu'est-ce que vous faites pour le fêter en ce moment ? Est-ce que vous voulez en parler ? Je ne veux pas l'oublier. [Rappelons que cette question a été posée en 2008]

Terry : Nous allons faire deux séances de dédicaces très particulières la même journée : la plus grande et la plus petite librairies du Royaume-Uni. Nous avons pensé à d'autres choses, on voulait voir ce qui pourrait marcher. On pensait essayer de faire vingt-cinq librairies en une journée, mais je pense, même maintenant, que ce serait difficile, et il faudrait une telle logistique qu'il suffirait d'un seul problème – par exemple un embouteillage à Londres, quelque chose comme ça – pour que tout se casse la figure. Parce que si ça se cassait la figure, ça ne serait pas une légère glissade, ce serait la gamelle totale. La semaine dernière, un type de l'association « Fathers 4 Justice » s'est attaché à un portique à Heathrow, et ça a complètement foutu en l'air la circulation autour de Londres pendant un bon moment... ce sont des choses qui arrivent. Donc, même si ça avait l'air d'une excellente idée, on pouvait voir le désastre qui menaçait de tous les côtés.

Attention, le paragraphe qui suit contient des spoilers pour Nation !

Nous allons aussi faire le lancement de Nation à la Royal Society – et c'est excellent, parce que la Royal Society est quasiment un des personnages du livre. Parce qu'à la fin, les Britanniques demandent aux habitants de la Nation de rejoindre l'Empire. C'est le père de Daphné, qui est maintenant roi, qui le leur a demandé, parce que c'était une ère d'impérialisme, et comme il leur fait remarquer, « il faut que vous apparteniez à quelqu'un, pourquoi pas nous ? On est plus sympa que les autres ! » Mais Daphné est maligne, et donc la Nation demande à rejoindre la Royal Society, parce qu'elle leur a dit que c'étaient les hommes les plus sages du royaume. Elle leur parle de la science, et les insulaires sont vraiment intéressés, pour une raison particulière qui se trouve dans le livre. Et le roi et ses conseillers sont assez intelligents pour comprendre que si l'île rejoint la Royal Society... ce qui est très curieux, vraiment, il y a un cas étrangement similaire dans le monde réel... ça signifie qu'elle devient, avant que personne n'ait jamais utilisé ce terme, un genre de site au patrimoine mondial. Et donc, tous les savants viennent étudier ce qu'on trouve dans l'île. Et au centre de l'île on découvre quelque chose. Evidemment, ça appartiendra à la Royal Society, ce qui signifie que ça appartient à la science, et la science est partout ; mais le fait que ça se trouvera en fait à Londres, juste à côté de Buckingham Palace, c'est un détail, si on y pense !
Quand elle était un peu plus petite, Daphné est allée à la Royal Society, elle a rencontré Charles Darwin et écouté des conférences données par certains des plus grands savants de l'époque. C'est une petite fille qui demande un téléscope pour son anniversaire plutôt qu'un poney, parce qu'un poney, on peut bien s'amuser avec, mais il faut passer le week-end à le décrotter ensuite ; tandis que l'univers est ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre et il n'y a pas besoin de le nettoyer ! Donc ça va être bien.
On a aussi quelques sorties : l'édition illustrée des Ch'tits Hommes Libres, que j'attendais depuis longtemps, et The Folklore of Discworld.

par Terry Pratchett et Emily S. Whitten