Terry Pratchett

Interview de Terry Pratchett par Emily S. Whitten

Les adaptations du Disque, existantes et hypothétiques

Emily : C'est vrai. J'en reviens au Disque-Monde pour une minute ou deux. Je sais que vous êtes un adepte des jeux vidéos, je sais qu'il a existé un jeu sur le Disque-Monde, et je me demandais...

Terry : Bizarrement, l'année dernière, six fabricants de jeux vidéos m'ont fait des propositions.

Emily : Vraiment ? Et en avez-vous accepté ?

Terry : Non. On a dit : OK, vous dites que vous êtes prêts à faire un jeu Disque-Monde, revenez me voir avec ce que vous êtes prêts à faire. Parce que je voudrais un jeu Disque-Monde qui soit à la hauteur de tous ces autres jeux qui existent. Je voudrais un jeu qui ne soit pas le même, mais qui ait des points communs avec des jeux comme Thief, si vous connaissez Thief ? C'était la compagnie Looking Glass. Et bien sûr Oblivion, ça c'était Bethesda... l'idée, c'est qu'on a, ou qu'on a l'impression d'avoir, une zone de jeu immense. Dans Oblivion, vous avez la mission principale, plein de missions annexes, des missions annexes des missions annexes, au point que vous pouvez vous promener dans Oblivion pendant des mois sans jamais vous approcher de la quête principale, ni avoir besoin de vous en approcher.
De la même façon, il y a une partie du jeu Thief où, même si la zone de jeu est plus petite, on peut traverser la ville endormie en passant par les toits, avec l'impression qu'on est seul à être là-haut ; et certains joueurs disent qu'ils aiment traîner dans cet endroit, parce que, vous savez, tout ce qu'il faut, c'est le bruit des chiens et des chats en bas, du garde qui fait sa tournée. Beaucoup de voleurs aiment bien jouer les voyeurs : on se hisse d'une poutre à l'autre sous le toit de la banque, pendant que, bien plus bas, sur le marbre de la banque fermée – c'est le milieu de la nuit – les gardes discutent ; ou bien on peut les entendre quand on rôde dans les coins, on entend la respiration du garde, il y a tous ces effets sonores. Et là, on y va, on lui fait doucement les poches et on s'esquive. Ça devient immersif. Une Ankh-Morpork immersive, ce serait génial. Il y aurait des tas de portes qu'on pourrait ouvrir pour découvrir un nouvel objectif, petit ou grand, et on ne saurait peut-être même pas ce qu'est l'intrigue principale avant de tomber dessus par hasard.
C'est le genre de jeu qui me plaît ; je n'aime pas beaucoup les massacrathons. Il y a encore énormément de ces jeux-là. J'aime les jeux à la première personne. Quand je montrais le jeu au type qui préparait l'émission pour la BBC – on peut jouer soit à la première personne, soit à la troisième personne – il m'a demandé « à quoi vous ressemblez ? » J'ai répondu « Je n'en sais rien ! » Donc on est passé en troisième personne pour voir, et je joue un elfe. Mais c'est moi que je veux voir, plutôt qu'un petit personnage qui court juste devant moi ; ça ne marche jamais vraiment.

Emily : Oui, j'aime bien la perspective subjective aussi. Pour parler d'autres types de média, où en est-on avec Going Postal, le prochain téléfilm ?

Terry : Mob Films ne pourra pas commencer à tourner avant l'année prochaine [NdT : rappelons que cette interview a déjà plus d'un an et que le tournage est déjà bien avancé, voire terminé, à l'heure qu'il est], ce qui nous retarde vraiment. Ils veulent tourner en Hongrie, parce que le tournage y coûte beaucoup moins cher – je veux dire, vraiment beaucoup moins cher. Mais bon, on ne sait jamais ; à un moment, ils étaient partis pour tourner The Colour of Magic à Prague, et tout à coup, on a eu une chute de neige précoce au Royaume-Uni, ce qui signifiait que l'on pouvait faire toutes les scènes de neige d'un seul coup, vlan, sans compter qu'ils ont eu des offres spéciales de la part de certains studios. Et je pense que ça va se passer comme ça.

Emily : D'accord. Bon, je sais que vous aviez accordé les droits des Ch'tits Hommes Libres à Sam Raimi à une époque, et, bien sûr, ce serait assez différent de ce que fait Mob Films : ce serait plutôt un gros blockbuster, donc... de toute évidence, c'est un film que vous auriez envie de voir sur grand écran. Est-ce qu'il y a d'autres tomes du Disque-Monde qui...

Terry : Quasiment tous. Ils sont presque tous très graphiques, dans le sens où ils se transposeraient très bien à l'écran. Je pense que les aventures de Tiphaine sont les tomes qui s'imposent. Nation serait une autre possibilité, mais il n'y a pas assez d'animaux rigolos qui parlent, vous savez. Et bien sûr le début est horrible, en fait, et les producteurs de films n'aiment pas ce genre de choses. Il n'y aurait pas de rôle pour Eddie Murphy.

Emily : Pour être honnête, je l'ai bien aimé dans le rôle de l'âne de Shrek.

Terry : Ah oui, Shrek, ça c'était malin comme idée : prendre les contes de fées, l'univers merveilleux classique, et les traiter comme si c'était réel. Je ne sais pas comment, mais il se pourrait que j'y aie pris des idées !
En tout cas, je peux dire – je le sais, c'est sûr, dans certains cas je l'apprends après coup – que j'ai beaucoup de fans dans la communauté des scénaristes de Hollywood.

Emily : C'est fantastique ! Est-ce qu'on peut leur demander de faire une adaptation ?

Terry : Oh, ce serait... ce serait bien s'ils pouvaient un peu se bouger les fesses. Nous offrir quelque chose en échange.

par Terry Pratchett et Emily S. Whitten