Terry Pratchett

Interview de Terry Pratchett par John Joseph Adams

Cette interview est en partie traduite. En effet, nous nous sommes permis de ne pas publier la partie concernant les inspirations de Nation, afin de ne pas révéler des éléments de ce livre encore non traduit en France à la date du mois d'Avril 2009.
L'équipe du Vade-mecum

2009-04-04-Subwinter2009

Sur quoi travaillez-vous en ce moment, ou quel est le prochain livre qu'on peut attendre de vous?

Je suis en plein dans Unseen Academicals, qui a débuté comme le roman de football du Disque-monde. Et puis je me suis rendu compte que ça n'allait pas vraiment être suffisant. Ca pouvait être drôle mais il n'y aurait pas une grande intrigue. Alors je me suis rendu compte qu'il y avait une seconde intrigue tissée dedans, et quand j'ai travaillé sur le second fil, je me suis rendu compte qu'il y en avait un troisème, et ils se liaient tous très bien ensemble. C'est seulement ces dernières semaines que j'en suis arrivé au point où j'ai tous mes points bien alignés. J'ai fait un réel progrès sur la construction de l'intrigue. Il n'y a pas de doute, l'ACP (atrophie corticale postérieure) me ralentit un peu.

Voici une question pour les fidèles du Disque-monde: Que signifie la devise de Ron l'Infect "aiguille des millénaires et crevette"?

Euh, [toussote] je ne sais pas. [toussote]

Mais je crois que c'est comme les derniers mots de Dillinger - le bandit - qui furent apparement, hum, "soupe aux haricots québécoise".

C'est une très vieille histoire, mais c'est absolument vrai. Cela remonte au temps de DOS. Vous savez, quand les dinosaures parcouraient la Terre. Il y avait un logiciel très bizarre, et je n'en ai pas vu d'équivalent sur Windows, j'aimerais bien qu'il existe... On pouvait s'en servir pour écrire du mauvais Shakespeare. On le programmait avec des extraits de Shakespeare, et il vous en pondait d'autres, qui en fait sonnaient souvent comme des extraits de ses plus mauvaises oeuvres. Et il y avait toutes sortes d'astuces avec lesquelles on pouvait jouer, et tout était très grossier. C'était à l'époque de "De Bons Présages" ou juste avant. J'étais en contact très régulier avec Neil et lui et moi nous avions programmé dedans - entre autres choses - les paroles de quelques chansons de They Might Be Giants... et le menu du restaurant chinois à emporter près de chez moi. Et au milieu des séries de, euh, choses bizarres qu'il avait générées, il y avait "aiguille des millénaires et crevette". Et ça sonnait tout à fait juste, et j'ai pensé que si on devait avoir une sorte de devise de quelqu'un qui manifestement n'est pas entièrement sain d'esprit, celle-ci en était une très bonne.

par Joseph Adams