Terry Pratchett

Hommage d'un libraire de Waterstones

 

Waterstones est une chaîne de librairies britannique, réputée Outre-Manche.

 

Nous sommes incroyablement tristes d’apprendre la mort de sir Terry Pratchett. Innombrables sont nos libraires qui ont grandi avec ses livres et les ont adorés. Le libraire Jonathan O’Brien se souvient d’un des plus grands auteurs britanniques de tous les temps.

 

Posté le 12 mars 2015, par Jonathan O’Brien.

 

pratchett pyjama

 

Terry Pratchett est le premier auteur « pour les grands » que j’aie lu. Je devais avoir huit ans et j’avais découvert le Disque Monde à travers le vieux jeu de point-and-click. J’y avais joué pendant des mois. J’adorais l’univers, la ville d’Ankh-Morpork, le fabuleux mélange de magie et d’humour, et quand j’ai entendu dire que c’était basé sur une série de livres, j’ai demandé à ma mère si je pouvais les lire.

Je n’ai pas tout compris dans La Huitième Couleur, ni dans Le Huitième Sortilège. Mon père a dû m’expliquer ce que signifiait « Hache-Sueur-Rance », et il a fallu encore des années avant que je comprenne pourquoi l’iconographe était plus vite à court de rose que des autres couleurs ; mais je l’ai dévoré, et encore, et encore. Je me souviens d’une fois où j’étais assis dans la voiture, devant l’école, et je parlais à ma mère de Cohen le Barbare prenant des photos (enfin, iconos) de lui-même devant ses ennemis vaincus. Elle, qui imaginait sans aucun doute une scène horrifique, a dit que je ne devrais pas lire ces livres. J’ai paniqué, terrifié à l’idée que j’allais me faire priver de lire quelque chose que j’adorais.


Je lui ai expliqué que ce n’était pas violent mais amusant et, après cinq minutes de retour en arrière non-stop, j’ai réussi à la convaincre de me laisser continuer à les lire.


J’ai poursuivi mon chemin à travers tous les livres du Disque Monde et en un an, j’avais rattrapé la publication des romans. Quand Le Père Porcher est sorti, j’ai supplié pour qu’on me laisse aller à la séance de dédicace organisée par Hammicks. Mes grands-parents m’ont pris avec eux alors que c’était un jour d’école et nous avons fait la queue quatre heures pour le rencontrer. Il était, bien sûr, adorable. Nous avons parlé quelques minutes, il a signé mon livre, et j’ai sautillé d’excitation partout le reste de la journée. Celui qui a dit qu’on ne devrait jamais rencontrer ses héros n’avait manifestement jamais rencontré Terry Pratchett.


J’ai continué à le lire lorsque j’ai grandi et je me suis plongé à corps perdu dans le Disque Monde. Le fanzine The Wizard Knob [NDT : Le Nœud du Mage. Pour ceux qui ignorent que les bourdons de mages ont un nœud au bout : vous n’avez pas encore assez lu les Annales…] que je recevais par la poste en ces temps où Internet n’existait pas, les serre-livres de la Mort et Rincevent qui avaient élu domicile sur mon étagère, le gâteau d’anniversaire spécial Disque-Monde qu’on m’avait fait pour mes douze ans… En tant que libraire, il m’a toujours été impossible de venir au travail sans penser, d’une façon ou d’une autre, à l’espace-B. Le travail et les idées de Terry Pratchett sont profondément ancrés en moi, et en chacun de ceux qui l’ont lu au cours de toutes ces années. Ma personnalité lui doit, à lui ainsi qu’à ses livres, sans doute bien plus que je ne réalise.


Il y aura bien d’autres personnes avec des histoires différentes à raconter, et non moins positives. Ceux qui ont grandi en le lisant, comme moi. Les membres des équipes organisatrices d’événements au fil des ans qui ont eu la chance de travailler avec lui*, les millions et millions de lecteurs qui ont adoré le monde incroyable qu’il a créé.


Ce soir nous boirons une pinte de ‘Vieille Bizarre’ de Bigorno en son honneur. Il est irremplaçable. Il sera amèrement regretté.



* Parce ce qu’il manquerait quelque chose sans une note de bas de page. La photographie en haut date d’un événement de 2010, pour la sortie à minuit de Je m’habillerai de nuit. Comme vous pouvez le voir, et c’est excellent, Terry Pratchett a pensé que le mieux serait de porter un pyjama tartan.

 

(traduction: Mirliton)

par Mirliton