Rhianna Pratchett

Une journée type de Rhianna Pratchett

Une vie professionnelle : Rhianna Pratchett, scénariste de jeux vidéos
Un agenda d'un jour - du café matinal à l'extinction des feux.

2013-03-22-rhianna-itwstylist

Rhianna Pratchett, 36 ans, est scénariste de jeu vidéo. Elle vit à Islington, dans le Nord de Londres, avec ses deux chats, Pinky et Perky. Son père est le romancier Terry Pratchett

"J'ai grandi en jouant aux jeux vidéos avec mon père. À six ans, je m'asseyais pendant qu'il jouait sur la console, je dessinais des cartes sur un carnet et lui disais où diriger le petit bonhomme pixelisé. Maintenant c'est mon travail de réfléchir, de modifier l'histoire et d'écrire des scénarios pour des jeux vidéos. Ça veut dire que je travaille avec des développeurs pour donner chair au passé des personnages ou pour construire un arc narratif. Ce n'est pas comme écrire un roman à partir de zéro. Plutôt, je travaille avec les développeurs tout au long du jeu pour m'assurer que tous les éléments (le cadre, les personnage et les dialogues) soient cohérents.

Je travaille à la maison : mon bureau peut être n'importe où je peux m'installer avec mon portable, honnêtement. Donc je me lève vers 9h15 le matin, je prends une douche rapide, je mets des jeans noirs et un t-shirt d'anime, et j'allume l'ordinateur. Je lis mes emails en petit-déjeunant de yaourt et de céréales.

Ma matinée consiste à parler avec mes clients de la façon dont ils voient le développement de leurs personnages ou à discuter de ce qu'ils voudraient que je leur écrive. J'ai écrit de tout, depuis les jeux comiques aux jeux de combat, mais plus récemment j'ai écrit le scénario du dernier Tomb Raider. La plupart des trucs sur lesquels je travaille sont les "story bible" ou "world bible", c'est un document de tout ce qui se passe dans ce monde : le passé des personnages, comment ils se perçoivent entre eux et tous les détails du cadre du jeu, depuis le plus petit animal au plus grand monstre. C'est un mode de travail à la Dr. Frankenstein. On vous donne une boîte de morceaux de corps et on doit leur insuffler la vie.

Vers 13h je me rend à la cuisine pour me faire un repas, bon le réchauffer en réalité. Mon petit-ami Louis est un super cuisinier et on adore faire les courses au marché bio d'Islington, alors il me fait des trucs comme du chilli ou de la soupe.

J'ai un bureau à la maison mais je me rebelle contre lui, donc dans l'après-midi, si je ne suis pas dehors pour des réunions, je vais de pièce en pièce. L'appartement est rempli de souvenirs de jeux vidéos et de films. J'ai des bibliothèques bourrées de DVD, de sculptures de personnages de Tomb Raider et de petites figurines de la boutique Forbidden Planet [NdT : grande chaîne de magasins de produits dérivés en tous genres]. Mes murs sont couverts de posters de la série alien, aussi. Ça fait un peu garçon en pleine adolescence mais je prend mon travail très au sérieux. Je suis passionnée par ce que je fais et j'ai travaillé dur pour me faire un nom par moi-même dans le monde du jeu.

Les fans de jeux demandent comment j'ai eu mon boulot. La réponse est : avec beaucoup de travail. J'ai commencé en tant que journaliste spécialisée jeux vidéos, en écrivant pour des magazines de jeux et des journaux comme The Guardian et The Sunday Times. Et puis un ami m'a demandé de devenir scénariste pour un de ses jeux. J'ai vraiment apprécié ça, donc j'ai utilisé mes contacts de journalisme pour chercher du travail dans l'écriture et c'est parti de là. Mais je ne fait pas qu'écrire des scénarios de jeux. Je jongle toujours avec les projets. J'adapte des romans en programmes vidéos, j'écris des comics et je viens juste de monter une compagnie de production appelée Narrativia avec mon père.

J'étais très proche de lui en grandissant et sa fascination pour les ordinateurs et la robotique a réellement influencé mon choix de carrière. Papa m'a toujours parlé de son écriture, ça l'aide à travailler. Il se débrouille aussi bien que possible pour quelqu'un qui a une forme d'Alzheimer mais il ne peut plus taper au clavier donc son assistant le fait pour lui ou il utilise le logiciel de reconnaissance vocal Talking Point. Il semble vraiment aimer dire les histoires au lieu de les écrire, et au niveau de la narration il est toujours aussi fort. Les idées n'arrêtent jamais d'affluer.

Je me suis retenue de mettre mon nez dans l'écriture de romans pendant longtemps parce que je voulais prendre mes propres marques et trouver ma propre voie. Les gens diront toujours "Oh c'est juste parce que c'est la fille de Terry Pratchett." Mais j'ai beaucoup à dire parce que je me suis constitué un répertoire dans un domaine qui n'est pas si différent de celui de papa. J'ai de la chance que mon travail soit aussi mon hobby.

Mes soirées se passent dehors, à essayer de nouveaux jeux ou à regarder des films avec des amis. Louis essaie de me faire manger moins de bonbons et s'occupe de mon régime, donc il nous prépare quelque chose qui tient au corps comme un ragoût d'agneau ou un curry, avant d'aller finalement au lit vers 1H du matin."

par Leïa Tortoise