Vade-Mecum - Articles divers

Terry Pratchett Memorial : des larmes, du rire, et de nouveaux projets prometteurs

2016 04 16 pratchett prememorial 1
Un an après la mort de l’écrivain des suites de la maladie d’Alzheimer, un hommage à Londres a réuni une partie de ses fans et de ses amis - allant de Neil Gaiman à Tony Robinson, et nous a laissé le sentiment que l’héritage de Pratchett est entre de bonnes mains.

Des jeunes d’une vingtaine d’années aux cheveux roses faisaient la queue aux côtés de gentlemen barbus portant hauts de forme et queues de pie dans le public de lecteurs qui se rassemblaient au Barbican (théâtre de Londres) pour rendre hommage à Terry Pratchett un an après qu’il soit mort de la maladie d’Alzheimer. Une foule dont la diversité témoignait du large attrait exercé par l’auteur vendu dans le monde entier était unie dans le chagrin et la commémoration.

Pour les fans comme Stefan, qui avait remporté son ticket pour l’évènement par un tirage au sort, la tristesse de la mort prématurée de Pratchett est encore palpable.
“Je n’ai pas touché son dernier livre, dit-il. Je ne veux pas le lire parce que je sais que c’est le dernier.” Comme un vieux whisky, continue Stefan, il se réserve “The Shepherd’s Crown/La Couronne du Berger” - l’ultime roman du Disque-monde publié au nom de Pratchett à titre posthume - “pour une occasion spéciale”.

La soirée était une célébration non seulement de la vie et l’œuvre de Pratchett, mais aussi des personnes qu’il a rassemblées. Certains fans ont parlé de leur venue depuis les Etats-Unis et l’Australie. Une autre a raconté comment elle a rencontré son mari en jouant dans une pièce de théâtre adaptée du Disque-monde que lui mettait en scène. Des musiciens et artistes ont parlé de la façon dont, chacun retenant différents éléments des créations de Pratchett, ils s’en sont à leur tour inspirés.

Notre hôte était l’assistant de longue date de Pratchett, Rob Wilkins, qui s’est souvenu de sa rencontre avec l’auteur après avoir fait la queue pour une dédicace au milieu d’autres fans du Disque-monde, l’odeur des nouveaux romans tout juste livrés sur la table de cuisine de Pratchett, et comment il avait commencé à saisir les textes au clavier quand Pratchett n’a plus pu le faire lui-même.
Quand Wilkins avait demandé à Pratchett ce qu’il souhaitait à sa cérémonie commémorative, Pratchett avait répondu : “être là”, puis ajouté : “sachant que ta mère sera dans la pièce, je voudrais que tu dises les mots “fuck” et “bugger”. "
“J’imaginais qu’on se retrouverait là en 2038 - j’aurais eu 70 ans, et Terry 90, dit Wilkins. Est-ce que ça n’aurait pas été bien ? Mais on n’y peut pas grand-chose, à part le célébrer.”

Sir Tony Robinson a lu le discours Dimbleby de Pratchett sur Alzheimer et la fin de vie assistée, tandis que la fille de l’auteur, Rhianna, a lu l'hommage qu’elle avait écrit pour le journal The Observer. Le Dr Patrick Harkin, dont la collection d’objets divers en rapport avec Pratchett comprend un oignon mariné par l’homme en personne, s’est montré en compagnie de l’artisan sculpteur du Disque-monde Bernard Pearson, ainsi que de Larry Finlay, l’éditeur de Pratchett, et Colin Smythe, son agent.

Neil Gaiman est venu depuis les Etats-Unis pour lire sa préface au recueil de textes “A Slip of the Keyboard/Fond d'écran”, et s’est vu offrir un chapeau de la marque de son ami. Gaiman, semblant très affecté, l’a mis un moment sur sa tête, mais l’a rapidement enlevé, en disant : “Oh, je n’ose pas.”

Dans l’ensemble, l’humeur était tendre, affectueuse. Il y a eu du rire à une citation de Pratchett jeune à propos de l’écriture d’autres romans du Disque-monde, quand l’auteur n’avait aucune idée du succès et du nombre de livres qui suivraient : “Je ne pense pas que j’aie épuisé toutes les possibilités en un livre”.
Des amis et éditeurs se sont remémorés son côté acariâtre, sa délectation de tout casser en Amérique et sa campagne énergique pour changer la loi sur la fin de vie assistée.
Des images d’un futur documentaire de la BBC sur la vie de Pratchett ont montré l’auteur - un peu plus mince, mais toujours avec le même humour - en train de se souvenir de ses premières impressions de lecture du “Vent dans les saules”, quand il était enfant : “Les taupes et les blaireaux vont chacun dans les maisons des autres ! Ils portent des chapeaux !” J’ai pensé : “Ce sont des mensonges.”


Une ribambelle de projets ou adaptations ont été annoncés ou confirmés, notamment :

- Un documentaire de la BBC sur la vie de Pratchett, avec des images de ses dernières conversations avec Rob Wilkins
- une série télévisée du roman “De bons présages” co-écrit par Pratchett et Gaiman, que ce dernier va adapter selon le vœu de Pratchett
- Une adaptation en film du roman de 2003 “Les ch’tits hommes libres” par sa fille, Rhianna Pratchett
- Une biographie de Terry Pratchett, qui sera écrite par Wilkins
- Une adaptation en film du roman de 1987 “Mortimer”, qui sera écrite par le grand scénariste Terry Rossio
- Un film de fans adaptant la nouvelle de Pratchett “Drame de troll”, qui est en phase de post-production
- La série “The Watch” (Le Guet) annoncée de longue date, série policière fantasy se déroulant dans le Disque-monde
- Une série d’encyclopédies du Disque-monde - le tome 1 est intitulé “La Mort”

En dépit de cette avalanche de projets énumérés, les fans ont été à nouveau assurés que l’héritage de Pratchett est entre de bonnes mains ; Wilkins a insisté une fois de plus sur le fait que les 10 romans inachevés reposant dans les archives de Pratchett ne seraient pas publiés ni achevés par un autre auteur.

C’est une soirée qui correspondait au ton malin de l’oeuvre de Pratchett : une joyeuse absurdité mêlée de philosophie ironique et des réflexions justes, souvent pleines d’humour, sur la mort.
Une nuit qui a commencé avec un choeur solennel accompagnant un montage montrant des couvertures de livres traversant un sablier, et qui s’est terminée avec une version vibrante de “Always Look on the Bright Side of Life”, laissée par un message vidéo de Eric Idle.

Pratchett n’était peut-être pas là, mais il ne fait aucun doute que ça lui aurait plu.


Sian Cain, pour The Guardian, 15 avril 2016
Traduction de Leia Tortoise

par Leïa Tortoise