Remue-méninges autour de la série du Guet

Vendredi 18 mars 2011 s'est tenue une première réunion de travail autour de la future série télévisée sur le Guet d'Ankh-Morpork. Etaient présents entre autres Terry Pratchett lui-même, son assistant Rob Wilkins (qui mange un sandwich à sa droite), Rod Brown, le producteur de la série, et, au téléphone, Gavin Scott, un des deux responsables de l'adaptation. Terry avait suggéré les locaux de ses amis du magazine SFX, qui ont eu l'excellente idée de placer une caméra dans la salle.

Terry – Ce serait plutôt du quotidien... les intrigues qu'on a déjà trouvées sont trop bonnes... en un sens, je suis sûr que vous y avez déjà pensé, on cherche la facilité. On a une cité, un mélange de toutes les grandes villes de la planète. C'est un creuset, et ce qui se passe avec les creusets, c'est que personne n'y fond à la même vitesse. Donc il va y avoir toutes sortes de tensions interraciales, intersexuelles...

Ricky Eyres (designer) – Inter-espèces...

Terry – Inter-espèces.

Rod Brown (producteur) – Je crois que l'objectif réaliste, ce serait de commencer à filmer dans un an. Parce que tout d'abord, il faut mettre la série en place... on n'écrira pas 13 épisodes avant de commencer, ce sera comme pour Farscape et un certain nombre de séries que j'ai faites, les scénarios seront écrits, réécrits... on ne fera pas un film de treize heures, même si on aimerait faire ça ; ce sera espacé.

Terry – Imaginez que ce soit Les Experts... tout le monde sait ce que sont les clichés, et ce qui est drôle, c'est de jouer avec.

Rod – C'est pour ça qu'on a fait appel à Terry Jones, parce qu'il y a des similarités du point de vue des idées, du parcours...

Terry – Oui, tout à fait ; il me comprend.

Quelqu'un – Terry et Gavin se sont rencontrés autour du projet De Bons Présages...

[manœuvres au téléphone]

Gavin Scott, au téléphone – Hello !

Quelqu'un – Salut Gavin, désolé, ça a coupé...

Gavin – Tout ce que je voulais dire, c'est que ce serait chouette si le poste de police avait une pièce spéciale pour les morts ! [tout le monde rigole] Pour qu'ils se sentent à l'aise quand ils viennent porter plainte... un endroit spécial « ne touchez pas ces biscuits, c'est pour les morts ». [Rires]

Terry – Oui, et il y a aussi le fait que dans un poste de police respectable, il faut s'occuper des prisonniers qu'on ramène... et parmi tous les prisonniers de fantasy qui pourraient se présenter, il y en a qui pourraient avoir des régimes alimentaires particuliers...

Gavin – Ah !
Terry – Mais n'allons pas trop vite ! La vérité, c'est que n'importe quel fan qui possède une vague compréhension de la mécanique du récit sait déjà ce qu'on va pouvoir faire avec ça... notre boulot, ce sera d'aller au-delà de ce que les fans peuvent imaginer ! Aller un peu plus loin...

Quelqu'un – Ce qui serait tout l'intérêt de la chose, en développant chaque histoire d'une semaine à l'autre... et pour parler de la structure – on pourrait faire un spécial Porcher, non ? [ndt : de la même manière que beaucoup de séries anglaises ont un spécial Noël].

Quelqu'un d'autre –– On pourrait...
Terry – Mais c'est toujours bien d'avoir des événements... policiers qui se passent cette nuit-là, autour du Porcher.

Gavin – Et un bal de bienfaisance de la police, aussi !

Terry – Eh bien, au niveau où en est le Guet actuellement... j'ai mentionné dans un des livres qu'ils pourraient former leur propre groupe.

Gavin –– J'adore l'idée, ça pourrait être un running gag, les tentatives de lancer le groupe...

Terry – Oh, je crois que je vois là où vous voulez en venir... Je sais ce qui se passe quand les gens essaient de réunir le groupe.

Gavin – Exactement ! Et le point culminant de tous leurs efforts, ce serait le bal de bienfaisance de la police... mais à ce stade, ce serait la guerre entre les membres du groupe.

Terry – Je crois que je peux aller encore plus loin ! Mais tout dépend du temps que nous aurons, et du nombre d'épisodes...

Rod – Justement, on est en train de travailler sur la structure. Pensons aux classiques : Les Experts, Dr House – ce n'est pas une série policière, mais vous voyez – on procéderait de la même façon : une histoire complète chaque semaine, le crime de la semaine, avec un début, un milieu et une fin, et en même temps des histoires relationnelles d'un épisode à l'autre, l'arc de la série, pour inciter les spectateurs à suivre de bout en bout. Ce ne sera pas nécessaire de voir les 13 épisodes, on pourra démarrer à n'importe quel épisode ; il y aura un générique qui présentera l'univers... Très bonne idée, Gavin, mais...

Terry – Au fait, on a une bonne raison de commencer à la fin : on a un hôpital opérationnel, dont je me suis déjà servi, et que l'on retrouve régulièrement. Et qu'est-ce qu'une série policière sans hôpital ? Les flics, tard la nuit, qui essaient de monter la garde, quelqu'un s'introduit, se déguise, les flics s'en vont... si c'est Chicard, il peut aller se chercher un sandwich au jambon... on sait tous comment ça marche. Tout le monde sait comment ça marche, c'est pour ça que ce sera drôle.


Source : SFX Magazine, traduction par Anilori
.