Inside the Artist's Studio : Interview de Paul Kidby

 

 

2010-03-23-Paul-Kidby-mini-ad

Si vous êtes un fan du Disque-monde, vous avez sûrement vu le travail de Paul Kidby sur les couvertures des romans de Terry Pratchett. Souvent, un fan dira: "c'est exactement comme ça que je voyais {insérez le nom du personnage ici} dans ma tête." Vif, intéressant et clairement brillant, le travail de Kidby a une atmosphère classique, un aspect renaissance. C'est sûrement dû à son amour pour les maîtres de ce temps.

Alors, sans tourner autour plus longtemps, je vous livre une interview merveilleuse, fascinante et en profondeur avec le génial illustrateur Paul Kidby.

Lloyd Harvey : Dans le domaine de l'illustration, les instructions pour une commande peuvent aller de quelque chose qui liste tout avec beaucoup de détails sur des pages et des pages d'indications à suivre, à une simple ligne disant "Peux-tu me faire un dragon vert?" Quand vous travaillez sur une commande pour le Disque-monde, combien les instructions sont-elles détaillées, en général? Avez-vous beaucoup de liberté pour faire votre propre interprétation artistique? Comment est-ce de travailler pour Terry Pratchett?

Paul Kidby : Quand je travaille sur une commande pour une couverture du Disque-monde les instructions sont assez précises et ont été approuvées par tous les différents départements de la maison d'édition comme le service marketing, la direction éditoriale et l'équipe des maquettistes.
Le plan a aussi été approuvé par Terry avant qu'on me l'envoie par l'intermédiaire d'un designer avec qui je travaille pendant la durée du projet.
Ensuite je fais des esquisses préliminaires qui sont envoyées pour obtenir l'approbation de tout le monde; des seconds croquis qui portent les modifications nécessaires sont aussi envoyés et enfin je commence à peindre.
Pour les autres illustrations du Disque-monde comme par exemple les têtes de chapitres il y a plus de souplesse et les instructions sont moins strictes parce qu'il n'y a pas autant de choses en jeu que si c'était pour une couverture.
Travailler pour Terry a été une opportunité formidable de faire jouer mon imagination et de développer ma technique d'illustrateur. Je ne travaille pas avec lui d'aussi près que je l'ai fait et cela fait un moment que je n'ai pas produit de grande oeuvre significative du Disque-monde, mais je lui suis reconnaissant pour les opportunités qu'il m'a données.

 

2010-03-23-UNSEEN_JACKET
Unseen Academicals.
La couverture du dernier livre du Disque-monde de Terry.

2010-03-23-THUD

Thud/Jeu de nains.
"Cette illustration du Disque-monde est considérée par l'éditeur comme ma couverture la plus réussie à ce jour. J'en ai maintenant produit 3 de plus alors j'espère surpasser Thud avec l'une d'elles!"

LH : Une grande partie de votre portfolio consiste en du travail illustratif pour Terry Pratchett et la franchise Disque-monde. Illustrer les couvertures de ses livres est quelque chose que je définirais comme un boulot de rêve. Quelle sorte de travail d'illustration, autre que celui-ci, définiriez-vous comme une commande de rêve? Peut-être travailler sur un titre du Studio Ghibli?

PK : Etant un illustrateur indépendant je prend quasiment tout le travail qu'on me donne, l'année dernière par exemple j'ai fait une couverture pour l'auteur Tom Holt (NdT: "The Portable Door", édition polonaise), sculpté une sirène et peint un éléphant pour le compte de la Orangutan Foundation qui seront exposés dans Hyde Park l'été prochain pour participer à la London Elephant Parade.
Le projet le plus gros et le plus excitant de l'année a été la publication d'un livre illustré de 64 pages, "Le Royaume Enchanté" que j'ai créé avec ma femme Vanessa, et l'éditeur français Daniel Maghen. Ma vie professionnelle est plus variée qu'on pourrait le penser!

 

2010-03-23-F293D00170CE

Eko l'éléphant.
"Ce gus a vécu avec nous pendant quelques semaines. Il sera à Hide Park en mai, juin et juillet prochain pour la London Elephant Parade 2010, où 250 éléphants seront installés dans la ville. Eko a été commandé par la Orangutan Foundation."

Un éventuel boulot de rêve pour moi serait de travailler comme concept designer pour des films; (j'ai vu Avatar dernièrement et j'ai été stupéfié par la créativité de l'univers). Je veux vraiment faire plus de livres personnels aussi.

LH : Le Royaume Enchanté, qu'est-ce que vous pouvez nous en dire?

PK : "Le Royaume Enchanté" est un guide au ton léger du domaine de la fantasy. L'idée de ce livre a commencé avec la conception du personnage "Le Chasseur de Choux". Nous avons imaginé un nain qui avait une forte relation de travail avec un escargot ailé similaire à la relation du pêcheur chinois avec le cormoran et celle du fauconnier avec un aigle. L'escargot volait pour chercher les très précieux choux-nuages. Les idées étaient un mélange de folklore et de recettes de grand-mère, d'humour (les problèmes de gaz des nains dus à leur régime de bière qu'heureusement les escargots ne peuvent pas sentir parce qu'il n'ont pas de nez), et d'histoire naturelle.

 

2010-03-24-LeRoyaumeEnchanteejacketillustration

La couverture du Royaume Enchanté.

Nous avons vite réalisé que nous pouvions créer un éventail complet de tels personnages, certains grossiers et truculents, certains beaux et fragiles et d'autres éthérés et spirituels pour peupler un royaume magique.

Olivier Souillé, le directeur de la maison d'édition et galerie française Daniel Maghen, nous a encouragés, et sous sa direction et ses conseils nous avons eu l'opportunité de créer un livre où toutes nos fées, gnomes, gobelins et autres créatures pouvaient être réunies dans un seul volume.
A nos yeux le livre résume notre amour et notre respect pour le monde de la nature et dévoile une partie de nos imaginations variées. C'est aussi le premier livre que nous avons fait ensemble alors c'est un livre très personnel et précieux pour nous.

 

2010-03-24-TheCabbageHunter

Le Chasseur de Choux.
"Le premier personnage créé pour Le Royaume Enchanté et le catalyseur de toute une nouvelle collection d'oeuvres."

LH : Est-ce que votre femme Vanessa est très impliquée dans votre travail d'illustration?

PK : Vanessa et moi travaillons étroitement dans la création de toute mon oeuvre. Nous discutons des idées, des agencements de couleurs et des manières d'apporter des améliorations et des modifications. Je trouve que c'est une aide inestimable d'avoir une seconde paire d'yeux qui peut apporter un regard neuf et repérer ce qui peut devenir un problème. Et puis sans elle les factures en seraient pas payées, les emails ne recevraient pas de réponses et les délais ne seraient pas respectés! Nous espérons faire plus de livres ensemble à l'avenir parce que nous avons eu tellement de plaisir à faire venir les idées pour le dernier, à créer le texte et les images. Nous n'avons pas de problèmes à vivre et travailler ensemble, et nous nous estimons très chanceux tous les deux.

LH : Etes-vous en train de travailler sur quelque chose en ce moment?

PK : En fait, nous sommes en train de travailler ensemble sur un projet complètement nouveau avec un troisième "co-équipier". C'est un style de livre entièrement différent et une histoire considérablement plus longue et plus complexe. Nous donnerons plus de détails quand nous seront plus proche de la publication!

LH : C'est très intriguant. Avant le Disque-monde, vous avez fait des couvertures pour des magzines de jeux vidéos, est-ce que vous y reviendrez?

PK : Les temps changent et ces jours-ci il n'y a pas vraiment de demande pour les illustrations à la main pour les magazines de jeux vidéos. L'art numérique est le médium adéquat pour ce genre. Je ne fais pas de dessin par ordinateur et c'est donc peu probable que je revienne vers ça. Je crois que de nos jours les compagnies de jeux vidéos fournissent des visuels "bling-bling" des jeux pour les promouvoir. Faire mon travail à l'ancienne mode me convient mieux, et j'aime avoir un original d'une peinture ou d'un dessin à la fin plutôt qu'un fichier numérique.

LH : Comment avez-vous fini par faire ce métier en ayant auparavant travaillé dans les prothèses dentaires?

PK : Il y a eu quelques étapes entre les prothèses dentaires et les couvertures de magazines... La première fut de la peinture à l'aérographe sur des stores enrouleurs dans une usine (un phénomène très typique des années 80); ensuite j'ai travaillé pour deux studios à Londres qui produisaient des cartes de voeux, des jaquettes de films ou de jeux vidéos, et différents types de publicités. Il y a eu bien des atermoiements au sujet d'un curriculum vitae et beaucoup de refus, mais j'avais l'optimisme et l'arrogance de la jeunesse, alors j'ai continué.

LH : Si nous pouvions jeter un coup d'oeil à un de vos carnets de croquis, que verrions-nous de surprenant? Par exemple, je sais que nous verrions quantité d'excellents croquis du Disque Monde, mais n'y aurait-il rien de plus sombre?

PK : Rien de plus sombre! il y a en effet dans mes carnets de croquis énormément de dessins du Disque Monde, mais à part ça, vous auriez davantage de chances de tomber sur des dessins humoristiques que sur des thèmes plus sombres, comme: mon chien à peine retouché en dragon, des voisins à peine déguisés en gnomes, plusieurs créatures mythiques et des créatures fantasmagoriques. je suis inspiré par les objets simples, le folklore, les remous de l'art nouveau et les silhouettes féminines élancées. Tout cela surgit sur mon bloc à dessin à côté du numéro de téléphone de notre traiteur indien, de la liste des courses et de notes prises au téléphone.

LH : Pouvez-vous partager avec nous vos projets pour la suite de 2010? Des expositions ou des livres?

PK : 2010 va être prolifique en nouvelles couvertures pour les livres du Disque Monde: Les Ch'tits Hommes Libres, Un chapeau de Ciel, L'Hiverrier, I Shall Wear Midnight et Le Fabuleux Maurice. Je vais aussi réaliser un calendrier pour le Disque Monde. Un autre projet concerne la création de cartes à collectionner World of Warcraft. Je vais aussi travailler en collaboration sur un nouveau livre passionnant. Mes éditeurs "Books Illustrated" ici, au Royaume uni, et la galerie Daniel Maghen à Paris vont tous les deux exposer certains de mes originaux tout au long de l'année.

 

2010-03-24-9BFF74446E05 2010-03-24-0D95EDB2D082

Atlantia
« J'aime sculpter et cette sirène est ma plus récente création. Il m'a fallu 400 heures pour la réaliser ! »

Les questions que je pose à tous les artistes

LH : Quel a été le point culminant de votre carrière jusqu'à présent ?

PK : Et bien, professionnellement parlant, je me suis le plus amusé (et de loin) lorsque j'ai travaillé avec ma femme sur notre propre livre, Le Royaume Enchanté. J'ai trouvé vraiment libérateur de travailler à deux, avec un délai raisonnable et des éditeurs enthousiastes qui nous ont laissé une grande liberté de création.

LH : Qu'est-ce qui a marqué votre entrée par la « grande porte » dans l'industrie de l'illustration ?

PK : Je pense que ça a été la commande des dessins pour Le dernier Héros de Terry Pratchett.

LH : Quel est le meilleur conseil d'artiste que vous ayez reçu ou que vous puissiez donner ?

PK : Quand j'étais jeune et que je voulais devenir artiste, un professeur d'art à la retraite qui habitait dans la rue de mes parents, un peu plus bas, me donnait des leçons hebdomadaires. Miss Ockingdon m'a aidé pour les bases essentielles comme l'anatomie et la perspective. Son aide était généreuse et sans prix pour moi. Pour ce qui est de transmettre mes propres « préceptes de sagesse », je ne m'estime pas en position de le faire, mais je pense vraiment que le travail acharné, à l'ancienne, et le dévouement à la tâche sont les principales clefs. On dit qu'il faut travailler 10000 heures sa technique pour devenir compétent, je crois que c'est assez exact.

LH : D'après vous, quelle est la manière la plus efficace de trouver un marché pour votre travail et vous-même ?

PK : Je pense que l'adage « Vous êtes juste aussi bon que votre dernière œuvre » est plutôt vrai. Je m'efforce constamment de mettre la barre plus haut avec mes illustrations, si je dessine un personnage du Disque Monde, j'essaie toujours d'améliorer le style, même si je l'ai déjà dessiné plusieurs fois. J'essaie de garder un élément de « fraicheur » dans mes travaux qui, je l'espère, maintient l'intérêt des gens. Mon site internet est utile : c'est un endroit où l'on peut me contacter directement et voir ce sur quoi je suis en train de travailler, on peut parcourir la galerie et même acheter des trucs ! Je ne suis pas très doué pour les aspects commerciaux, mais j'espère que mes travaux sont suffisamment parlants et feront le boulot pour moi !

LH : En tant qu'illustrateur, quels sont les plus grands défis que vous rencontriez ?

PK : Les plus grands défis sont de continuer à fournir un travail artistique de qualité qui puisse trouver sa place sur la scène internationale, elle-même saturée de talents incroyables. C'est une gageure de taille et certains jours c'est tout simplement la terreur qui me motive !

 

2010-03-24-2AD4CE8D5359
Pégase  
La cinquième et plus récente peinture d'une série de créatures mythologiques.

Quelques questions au hasard.

LH : Quel est votre souvenir d'enfance préféré ?

PK : Les boules de gomme, le réglisse, les friandises à la fraise et les vacances passées chez ma grande sœur en Ecosse où elle vivait à cette époque : nous avions lu Le Seigneur des Anneaux ensemble et ça m'avait INSPIRE.

LH : Si vous deveniez un animal pendant une journée, ce serait ?...

PK : Quelque chose de végétarien – un cerf peut-être dans le New Forest [NdT : région du Hampshire], ou peut-être un oiseau : j'aimerais voler comme une hirondelle.

LH : Quelle sont vos 5 chansons favorites, dans l'absolu ?

PK : Aujourd'hui, c'est :
White Winter Hymnal (Fleet Foxes)
A and E (Goldfrappe)
Good Song (Blur)
Running up that Hill (Kate Bush)
Human (The Killers)

LH : Qu'est-ce qui vous fait vraiment grincer des dents?

PK : Je ne suis pas sûr du sens. Si vous voulez dire « qu'est-ce qui me dérange », alors c'est : la tromperie et les gens malveillants.

LH : Et pour finir, vous êtes plutôt thé ou café ?

PK : Je suis plutôt :
- thé (PG Tips, Earl Grey, Rooïbos, tisane)
- café (expresso ou vrai de vrai)
- et chicorée (Barleycup)
Je bois des trois quand je travaille, en fonction de mon humeur et selon que j'ai besoin d'un bon coup de fouet.
[Ndt: le PG Tips est l'archétype du thé en sachet anglais]


Et voilà ! Merci, Paul Kidby, de nous avoir consacré tout ce temps. Avis aux lecteurs : précipitez-vous à cette adresse : http://www.paulkidby.net , où vous trouverez des dessins de qualité et aurez la primauté des nouveautés.